Enfin les Canaries !

33 heures d’une navigation sportive

Le catamaran du défi d’Yvan Bourgnon a touché terre à Las Palmas de Gran Canaria après 320 milles de navigation à 10 nœuds de moyenne.

Contents d’être arrivés nos aventuriers ! Après 33 heures d’une navigation sportive, Yvan et Vincent ont foulé la terre ferme finalement à Las Palmas de Gran Canaria. Partis à la tombée de la nuit d’Agadir par 15 -20 nœuds, les conditions se sont rapidement musclées : gosses vagues, vent atteignant les 45 nœuds (rafale à 48 nœuds de vent relevée la nuit de samedi à dimanche !). Avec 2 ris* dans la grand voile et pas de voile d’avant, les deux skippers malades l’un après l’autre ont pourtant apprécié d’être au portant* : la belle allure pour le catamaran du défi d’Yvan Bourgnon ! A l’approche de l’archipel, n’ayant plus ni indication de vitesse ni de distance, Yvan et Vincent ont pu passer entre Lanzarote et Fuerte et stopper sur Gran Canaria : « Nous avons pu nous situer et retrouver Les Canaries en demandant sa position à un cargo !» Explique Vincent. Arrivés à 6:00 TU ce matin, assommés par le vent et le mal de mer, les deux sportifs se sont endormis sur le trampoline du catamaran. Ils prévoient de reprendre la mer d’ici 2 à 3 jours avec cette fois l’Atlantique en fond de tableau !

* Ris : prendre un ris consiste à réduire la voilure. On prend généralement 2 ris au delà de 30 nœuds de vent établis.

* Portant : on dit que le bateau est au portant lorsqu’il prend le vent de travers (angle à 90°) jusqu’au vent arrière (angle à 180°).